Rechercher
  • Académie du Gros Son

Le câblage symétrique et asymétrique (balanced/unbalanced).

Voilà un sujet relativement simple mais pas toujours clair pour tout le monde : la différence entre une connection symétrique et asymétrique entre deux machines audio. Le principe est néanmoins intéressant à comprendre. Pas seulement pour avoir l’air plus intelligent auprès de votre ingénieur du son préféré, mais aussi pour comprendre certains de vos branchements et comment régler certains problèmes.


D’un point de vue technique, dans une connexion asymétrique, le signal audio est véhiculé par un seul conducteur électrique. Si vous ouvrez un câble audio asymétrique (comme un câble de guitare par exemple) vous allez trouver une petite section de brins de cuivre au milieu. C’est par là que passe le signal audio. Vous allez également trouver autour du câble, sous la gaine en caoutchouc, un blindage. Le blindage vas d’une part empêcher autant que possible les parasites de passer et va servir de masse, de référence « zéro » par rapport à notre signal.


Ouille si ça devient trop technique, partez pas je vais simplifier !


En gros le son passe par A sur mon schéma. Le blindage sert de barrière aux parasites qui pourraient intervenir le long du câble et s’ajouter au signal. Comme par exemple un transfo électrique alimentant vos pédales de guitare. Ce dernier peut générer un champ électromagnétique vers votre câble, créant de la sorte un buzz qui s'ajoute au son de votre guitare. L'efficacité du blindage dans ce cas est dépendante de l'intensité du champ électromagnétique et de la qualité du câble.


Dans un câble symétrique, comme un câble micro par exemple, le signal va être véhiculé par deux sections de cuivres. On retrouvera également notre blindage.

Ce coup-ci notre signal va passer par A et B. Sur A normalement, sur B en opposition de phase. C’est à dire que quand le signale monte sur A, il descend en miroir sur B. Le blindage lui fonctionne de la même façon que dans le cas du câble asymétrique. L’appareil qui va recevoir mes deux signaux va garder A tel quel et va inverser B. Résultat : les deux signaux vont s’additionner (et au passage aller un peu plus fort). Quand A monte, B monte aussi de la même façon. Par contre tous les parasites qui se seront invité à la fête le long du câble vont moins faire les malins. Jusque là, ils sont identiques sur A et B. Quand le parasite monte sur A, il monte de la même façon sur B. Vous voyez où je veux en venir. Quand on va inverser B par rapport à A pour récupérer mon signal audio que je veux faire passer, les parasites, eux, vont être annulés ! Et boum dans ta face de parasite.

Si ce n'est toujours pas clair : retenez que dans le câble asymétrique seul le blindage protège un peu des parasites. Dans le symétrique en plus du blindage on utilise un système pour annuler le parasite (même si pas à 100 % efficace).


Pourquoi on n’utilise pas que des connexions symétrique si c’est mieux ? Et bien parce qu’il faut que l’appareil de départ envoie un signal symétrique (deux signaux en opposition de phase) et que l’appareil qui reçoit s'attende à recevoir un signal symétrique (pour récupérer les deux signaux et inverser la phase d’un des deux). C’est donc plus complexe à mettre en œuvre et donc plus onéreux.

C’est pour ça que l’on trouve plus facilement des branchements symétriques sur du matériel pro ou haut de gamme et asymétriques sur du matériel grand public ou bas de gamme.


En théorie les câbles asymétriques ne doivent pas dépasser 10 mètres. Dans la pratique 7 à 8 mètres est déjà parfois un maximum. Plus le câble est long et plus il devient une antenne à parasites. Cela dépend aussi de l’intensité du signal audio qui passe dedans. Un signal de guitare est par nature faible, et doit être fortement amplifié dans l’ampli. Résultat : les parasites seront fortement amplifiés aussi. Pour du câblage symétrique on dit en générale que 100 mètres ne pose pas un soucis.


En terme de connectique sur vos câbles, le symétrique nécessite trois points de connexion. Les deux signaux et la masse. Cela fonctionne donc avec des XLR ou des jacks avec trois connecteurs (TRS).

Pour l’asymétrique, deux points de connection suffisent. Jack TS, avec deux connexions ou RCA (appelé aussi cinch)




Attention au piège suivant : vous sortez d’un appareil en XLR, donc de prime abord symétrique, et vous le branchez dans une entrée jack. Vous utilisez une câble XLR vers Jack TRS en vous disant, voilà c’est branché en symétrique ! Comme expliqué plus haut c’est la sortie et l’entrée de chaque appareil qui permet, s'ils sont connectés correctement, de garder une liaison symétrique. Si dans ce cas précis l’entrée jack du second appareil est asymétrique, le son passera, mais vous serez en asymétrique malgré les câbles à 3 connexions.

L’autre grand piège est de confondre symétrique et stéréo. Puisque les deux utilisent les même connecteurs, en jack TRS par exemple. Si vous sortez le signal d’un smartphone qui est stéréo et que vous le branchez dans une entrée de table de mixage symétrique, un de deux côtés va être utilisé tel quel (de prime abord le canal gauche) et l’autre va être additionné au premier mais en inversion de phase. Résultat : le son ne ressemble plus à rien et vous pensez que votre matos déconne. C’est juste que vous n’aviez pas lu cet article :).


Dernière petite chose, il est possible de symétriser un signal en utilisant une DI. C’est expliqué dans un article dédié à la DI ici.


Maintenant que vous êtes un pro de la connexion entre machine audio, allez faire de la musique :).

143 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc